Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Venant tout juste d’emménager dans leurs nouveaux locaux de TriBeCa, en plein cœur de Manhattan, les employés de l’entreprise financière vont désormais avoir le choix de s’installer où ils le souhaitent tous les matins. Et cela vaut aussi pour le CEO. Focus sur le travail « sans bureau fixe ».

« Minimaliste », « égalitaire » : la nouvelle configuration de Citigroup, récemment installée dans un grand complexe au sud de Manhattan, semble séduire ses employés, qui y voient un moyen de « connecter les gens face-à-face tout en augmentant le dynamisme général et en réalisant des économies par le fait de pouvoir loger plus de personnes dans un même espace ».

Une configuration parfois également appelée « bureaux partagés » ou « bureaux à la carte », déjà expérimentée chez d’autres grandes firmes comme American Express, PricewaterhouseCoopers ou GlaxoSmithKline, précise The Atlantic.

Grâce à ce concept, ces derniers ont épargné l’an passé quelque 10 millions de dollars, en économisant tant en énergie – électricité, chauffage – qu’en frais de location des locaux.

> A découvrir : Les nouveaux modes de déploiement de Windows 10 (webcast)

citigroup-bureaux-partagés

Mais rebattre les cartes d’une géographie bien installée peut générer des effets secondaires


Tony Webster / Flickr / Licence CC BY 2.0

Mais tout n’est pas rose au pays des travailleurs sans bureau fixe : chamailleries matinales pour avoir l’emplacement près de la fenêtre, performances en baisse, déjeuners solitaires… En regard d’interactions qui ne sont pas nécessairement plus vivaces ou multiples qu’auparavant, puisque les salariés qui arrivent ensemble auraient tendance à… simplement s’asseoir côte-à-côte.

Sans compter que rebattre les cartes d’une géographie bien installée – et des habitudes – peut générer des effets secondaires préjudiciables à l’entreprise : ainsi, des chercheurs ont constaté que les espaces ouverts, si chers à la Silicon Valley, avaient tendance à briser les dynamiques de productivité instaurées entre binômes, pouvant aller jusqu’à une perte avérée de profits.

Reste à savoir quel bilan l’entreprise tirera de cette réorganisation d’ici quelques mois.

> A lire aussi : Non, le télétravail n’est pas fait pour tout le monde