Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Pour favoriser un pilotage en temps réel de l’énergie chez ses clients et partenaires, Schneider Electric entend faire passer ses équipements à l’ère des objets connectés (IoT). Explications.

Tableaux électriques, armoires moyenne tension, capteurs de température… L’intégralité des équipements de Schneider Electric, groupe spécialisé dans la gestion de l’énergie, sont amenés à devenir « intelligents ». Une entité dédiée, est d’ailleurs chargée d’assurer la transition de son offre vers les objets connectés.

Comment favoriser un pilotage en temps réel de l’énergie ?


Crédit image : Pierre-Alain Dorange/ Flickr.com/ Licence CC BY-SA 2.0

« Notre mission : gérer notre consommation électrique de manière efficace »

« La digitalisation a toujours été au cœur de notre métier », expliquait en décembre 2014  Hervé Coureil, vice-président et DSI de Schneider Electric. Mais tout s’est véritablement accéléré depuis 2010 : « A partir de 2010, nous avons véritablement pensé la digitalisation au niveau des produits, des services et de la distribution. Et bien entendu dans nos manières de travailler ! »

Et ce pour une simple raison :

« Nous allons consommer plus d’énergie dans les 40 prochaines années que… ces 400 dernières années. Voilà le constat. Notre mission, chez Schneider Electric, c’est de gérer cette consommation d’énergie de la manière la plus efficace possible. Comment faire ? Pour nous, c’est avant tout une convergence entre IT et ET, entre la technologie informatique et la technologie énergétique. »

> Data Lake, IoT, Machine Learning… : retrouvez le webcast du Symposium Energie et Ressources en vidéos

Le Cloud Azure pour fédérer les données de supervision des équipements électriques

Le développement de l’infrastructure qui supporte les services digitaux du groupe a été mené par le CTO du groupe, Pascal Brosset. Le dispositif permet de regrouper et de traiter les données produites par les différents équipements et de les mettre à disposition des clients par le biais du Cloud Azure.

Cette solution PaaS dispose d’un éventail d’outils spécialement adaptés à l’Internet des objets, utiles à l’élaboration de nouvelles applications de pilotage à destination des clients. L’utilisation de l’infrastructure .Net de Microsoft, auxquels ont déjà recours 80% des applications existantes du groupe, permet également l’ouverture à d’autres environnements et à d’autres éditeurs.

 

> Découvrez comment votre entreprise peut tirer parti de l’IoT dès aujourd’hui avec Quick Start

Schneider compte renforcer la maintenance prédictive de ses équipements


Crédit image : JNARA / Flickr.com/ Licence CC BY-NC-ND 2.0

Renforcer la maintenance prédictive des équipements

KGS fait par exemple partie de ces premiers partenaires de Schneider Electric spécialistes de l’Internet des objets. L’entreprise propose une application destinée à anticiper les pannes d’équipements d’immeubles décelables via les systèmes ventilation, de chauffage ou encore de climatisation.

Déjà adepte de systèmes de machine learning afin de prévoir le comportement de ses produits électriques, Schneider Electric envisage une synergie avec DTN, l’une de ses branches qui commercialise des services SaaS, par exemple dans le domaine de l’agriculture. L’objectif ? Intégrer l’offre de prévision météo proposée par DTN aux services d’optimisation énergétique des bâtiments. Un type de prévision particulièrement utile aux smart grids en cas d’orages ou autres événements météorologiques propices aux coupures de réseaux.

« Il faut prendre en compte les évolutions technologiques avant que cela ne devienne une nécessité : si un partenaire commercial nous demande quelque chose que l’on ne connaît pas au niveau technologique, c’est déjà trop tard. Il faut anticiper ces évolutions », prévenait déjà en décembre Hervé Coureil, le vice-président et DSI du groupe. Une exigence que Schneider Electric met en œuvre sur le terrain de l’Internet des objets.

Schneider Eletric a mis en place une «culture de la donnée». Qu'est-ce que cela signifie concrètement ?


Interview de Laurent Julliard, VP Innovation de Schneider Electric