Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Comment accroître l’efficience des établissements de santé ? Comment tirer le meilleur parti du numérique pour améliorer les parcours de soins des patients ? Des DSI des grands centres hospitaliers aux start-up qui montent, tour d’horizon de ceux qui font bouger les choses dans le domaine de la santé. Aujourd’hui, focus sur le CHU de Lyon, pionnier sur des solutions innovantes pour faciliter la vie des soignants : entretien avec Philippe Castets, Directeur du système d’information des hospices civils de Lyon.

Avec 14 centres hospitaliers, 23 000 professionnels de santé, 280 000 passages aux urgences et plus d’un million de consultations en 2015, le CHU de Lyon est le deuxième groupe hospitalier de France. Une position qui exige une organisation millimétrée, orchestrée par une DSI dont toutes les initiatives ont le même point de départ : l’humain.

Où en êtes-vous dans la numérisation du CHU ?

Philippe Castets : A partir de 2004-2005, nous avons pris un virage très fort : nous avons décidé d’unifier notre système d’information (SI), car auparavant, chaque hôpital avait son propre SI. Cette décision stratégique s’est articulée en particulier sur l’uniformisation du maximum de logiciels sur l’ensemble des établissements du groupe.

Elle s’est accompagnée d’un deuxième mouvement, tout aussi stratégique : nous avons décidé d’uniformiser le dossier patient, en déployant massivement le dossier patient informatisé (DPI) Cristal-Net dès 2005, en partenariat avec nos collègues de Grenoble. On peut donc dire qu’il y a une vraie tradition numérique au CHU de Lyon.

Enfin, depuis 2012, nous avons lancé un nouveau DPI, baptisé Easily, qui est la continuité de Cristal-Net et qui couvre tous les pans du dossier patient à l’exception de la réanimation, de la biologie et de l’imagerie.

Concrètement, comment fonctionne Easily ? 

Easily est une solution conçue pour être à la fois facile à comprendre et à utiliser. Les logiciels développés à la fin des années 90 ou au début des années 2000 ont été conçus pour remplacer le papier : ils ont donc un faible niveau d’innovation et d’ergonomie, puisque calés sur des processus organisationnels répondant aux exigences du papier.

Pour concevoir Easily, nous avons étudié les flux qui n’étaient pas apparents, qui imposaient en permanence aux soignants de courir, de téléphoner, d’aller chercher une information physique dans un laps de temps très court. Nous avons aussi essayé d’innover sur les outils déjà mis à disposition des professionnels de santé.

Par exemple, lorsque vous avez besoin d’une expertise que vous n’avez pas pour un patient, vous pouvez envoyer une lettre au service expert, mais cela va prendre du temps, vous pouvez aussi lui téléphoner, au risque de déranger un médecin pendant une consultation. Nous avons donc créé la fiche de liaison du patient, dans le portail Easily.

"Pour concevoir Easily, nous avons étudié les flux qui n'étaient pas apparents, qui imposaient en permanence aux soignants d'aller chercher une information physique."


 Samuel Zeller via Unsplash CC0

Un professionnel de santé peut alors faire une demande d’expertise directement en ligne, qui sera traité dans un délai très court. L’expertise est ensuite ajoutée au dossier médical du patient de manière automatique.

Cela paraît simple, mais ça ne l’est pas tant que ça puisqu’il a fallu totalement repenser l’ergonomie existante pour concevoir cette solution. C’est pourquoi chaque corps de métier – sachant qu’il peut y en avoir une centaine dans un groupe hospitalier – possède son propre portail, avec les éléments dont il se sert au quotidien et dont il peut avoir besoin à tout moment.

D’ailleurs, côté technique, nous avons pensé cette ergonomie très en amont puisque, si le socle s’appuie sur les technologies Microsoft, chaque métier a son propre portail qui s’appuie sur des serveurs différents, afin que la solution reste « légère ».

Qu’apporte-t-elle au corps médical ? 

Clairement, des gains d’usages ainsi qu’une facilitation dans le sens où tout est intégré et facile à déployer, ce qui apporte une sérénité aux utilisateurs comme aux équipes IT.

Nous sommes partis du principe que quand vous avez un smartphone dans la main, personne ne vous dit comment vous en servir : Easily doit être aussi facile d’accès que cela. Notamment lorsqu’arrivent des intérimaires le soir, qui ne sont pas forcément formés à l’outil. Si ce n’est pas intuitif, c’est extrêmement compliqué. L’énorme avantage pour les soignants, d’une manière générale, est donc la grande simplicité de prise en main. Cela rentre vite dans les mœurs.

De plus, Easily est utilisable partout, depuis n’importe quel device et depuis n’importe quel endroit, que l’on soit au travail, à son domicile ou même en voyage. Et ce de manière totalement sécurisée.

Et aux patients ?

C’est une vraie révolution. Le point fort de notre centre, c’est l’innovation, et c’est une demande de notre direction générale que d’aller dans ce sens au niveau de la prise en charge des patients et de l’amélioration des usages.

Au global, 100 000 patients ont signé un contrat avec l’hôpital de Lyon. Tous disposent d’un portail spécifique, MyHCL, auquel ils ont accès depuis n’importe où, et où ils peuvent retrouver leurs dates de rendez-vous, leurs derniers comptes rendus…

C’est particulièrement pratique pour les patients atteints de maladies chroniques, comme les patients diabétiques par exemple. Nous avons par exemple construit un logiciel qui permet d’envoyer régulièrement des SMS à ces patients pour leur rappeler de remplir leur glycémie dans le cadre d’un parcours coordonné dynamique.

Une fois le SMS reçu, le patient se connecte sur son portail myHCL, remplit le document, l’envoie au médecin ou à l’infirmière coordinatrice, qui retrouve le document dans le dossier en ligne. Ce qui permet de faciliter le suivi pour les professionnels de santé, mais aussi et surtout de rendre le patient acteur de sa prise en charge médicale. Avec le numérique, l’hôpital sort des murs de l’hôpital. Le patient ne disparaît pas lorsqu’il quitte le centre de soins.

Nous avons également créé un portail consacré au suivi des enfants handicapés, Compilio. Nous avons expérimenté ce portail sur 1 000 familles pour suivre au jour le jour l’évolution de l’enfant. L’objectif : compiler les données du monde médical et du monde social dans un endroit unique. Désormais, si l’enfant déménage par exemple, la famille va toujours disposer de ce capital d’informations structurées. C’est une véritablement révolution pour les parents, qui se perdaient souvent dans une immense masse d’informations de sources diverses. Au-delà, on peut également imaginer que cela apportera également une meilleure prise en charge des patients.

Comment avez-vous embarqué les collaborateurs ? 

Lorsque nous avons lancé le projet Easily – et de manière générale n’importe quel projet au sein du groupe hospitalier – nous avons essayé de convaincre les collaborateurs qu’il fallait qu’ils sortent de leur zone de confort et qu’ils pensent différemment. Désormais, nous travaillons depuis quelques mois sur l’après Easily. Par cercles concentriques, nous embarquons tout le monde. C’est une aventure humaine avant tout, certains acceptent, d’autres moins…

Sur la méthodologie, nous fonctionnons en séminaires et ateliers de créativité de deux heures, où l’on fait accoucher un certain nombre d’idées qui viennent grossir notre portefeuille de projets. L’objectif étant de détacher les idées qui peuvent sortir en production immédiatement : c’est par exemple ce que nous avons fait sur la web-tv, que nous avons lancé le 15 décembre 2015.

Ce projet permet de faire la liaison entre les intérimaires qui arrivent le soir et les médecins qui sont présents en journée. Cette web-tv propose des tutoriels, basés sur des moteurs intelligents, permettant en deux, trois questions, d’avoir le bon tutoriel à disposition. Cette idée est sortie en septembre lors d’un atelier de créativité et a été lancée trois mois plus tard : c’est dire combien nous les mettons en production rapidement quand il y a un usage potentiel !

Justement, quels sont vos projets futurs ?

Bien entendu, nous travaillons sur beaucoup d’autres choses, dont je ne peux pas forcément parler tout de suite… Ce que je peux dire, c’est que nous travaillons ardemment sur le suivi du patient à domicile, et notamment sur les web-consultations : quand vous habitez loin, ce n’est pas pratique de perdre une demi-journée pour s’entendre dire que tout va bien, ou pour simplement renouveler une ordonnance. Dans ce contexte, une consultation par Skype est donc facilement envisageable.

En vérité, le seul frein auquel nous faisons face aujourd’hui n’est pas technologique mais financier. Mais lorsque l’on aura prouvé que cela fonctionne, nous pourrons voir si la Sécurité sociale ne peut pas nous payer cette téléconsultation.

L’autre axe sur lequel nous travaillons, c’est le prédictif : aujourd’hui, les médecins ont toujours une façon identique d’interroger un patient lorsqu’il n’est pas primo-consultant. On pourrait imaginer un chemin le plus simple possible pour le médecin, ainsi qu’un projet de compte-rendu qui évolue en fonction des questions posées, et qui proposerait au final le bon protocole de soins.

De façon générale, nous tendons vers des innovations provocatrices incluant les dernières technologies : prédictif donc, avec Cortana Intelligence, mais aussi commandes vocales, chatbots… Le champ des possibles est immense !

Envisagez-vous d’étendre ces projets à d’autres groupements hospitaliers ?

Oui tout à fait ! Nous considérons que ça ne sert à rien d’être innovants chez nous si on n’arrive pas à aider nos collègues ailleurs. Comme l’innovation, la coopération est dans notre ADN : cette année, nous avons donc démarré un projet de diffusion. Nous n’avons pas de force commerciale, tout se passe donc par le bouche-à-oreille.

Aujourd’hui, trois CHU ont démarré avec Easily, et huit sont déjà utilisateurs – ou en passe de le devenir – de myHOP, la version globale de myHCL. Version qui inspire même nos collègues d’outre-Atlantique, puisque nous allons accueillir très prochainement une délégation du ministère de la Santé québécois qui veut s’informer sur nos solutions !