Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
BYOD, télétravail, applications métiers… La mobilité s’inscrit chaque jour un peu plus dans nos pratiques professionnelles, sans forcément que nous nous en rendions compte. Mais à quel point ? Microsoft Ideas fait le point.

80% des employés français effectuent une partie de leur travail en dehors de leur bureau

Le pourcentage peut étonner. Et pourtant… 80% des employés français effectuent une partie de leur travail en dehors de leur entreprise, que ce soit du fait de leur poste même (commercial, démarcheur, réparateur) ou dans le cadre du télétravail. Un chiffre qui devrait encore s’accroître avec la poursuite de l’intégration de la génération Y dans les effectifs, comme le remarque Agnès Van De Walle, directrice de la division Windows & Device chez Microsoft :

« Ces personnes nées entre 1980 et 2000 attendent plus de communication, de flexibilité dans leur travail au quotidien et, plus largement, une meilleure adéquation entre vie personnelle et vie professionnelle. »

La mobilité s’impose donc comme une priorité pour nombre d’entreprises, qui doivent adapter à la fois les usages mais aussi les supports accompagnant leurs employés.

> A lire aussi : Travaux publics : piloter en temps réel l’avancée des chantiers

Télétravail et BYOD, enjeux majeurs de la mobilité en entreprise

L’intégration de la génération Y dans l'entreprise devrait augmenter plus encore le taux de télétravail


Crédit photo : Joey Parsons / Flickr / Licence CC BY 2.0

82% des entreprises françaises ont fourni à leurs employés des appareils permettant de travailler en situation de nomadisme

Tablettes, smartphones, appareils hybrides, accès à l’intranet voire aux applications métiers… 82 % des entreprises hexagonales ont fourni à leurs employés des appareils facilitant le télétravail selon l’enquête 2014 de l’Observatoire des RH et de la e-transformation. Si tous les déploiements ne sont pas optimaux – un smartphone permettra de prendre connaissance de ses e-mails, pas forcément de travailler longuement un dossier –, la dynamique est bel et bien installée.

> A lire aussi : Non, le télétravail n’est pas fait pour tout le monde

Parallèlement, 28% des entreprises françaises utilisent des applications de mobile device management (MDM), qui permettent la gestion de la flotte d’appareils mobiles, selon une étude publiée par F-Secure. Un chiffre bas, qui place la France loin derrière l’Allemagne (37 %) et le Royaume-Uni (43%).

Pour 50% des DSI, la mobilité est la priorité numéro 1

« 84% des décideurs considèrent aujourd’hui que le virage numérique de leur entreprise est stratégique. La mobilité est au cœur de cette transformation, qu’il s’agisse des usages des collaborateurs ou de ceux des clients. La place importante qu’occupe la mobilité s’explique aussi par la recherche d’une compétitivité accrue de la part des entreprises, qui doivent aller chercher les points de productivité où ils se trouvent. » Pour Agnès Van De Walle, le constat est sans appel : si la mobilité est un atout pour la compétitivité, elle doit à la fois se penser par l’outil et par l’usage qui va être fait de celui-ci.

Une problématique tant technologique que business, dont les DSI prennent la mesure : en effet, ils sont 50% d’entre eux à considérer la mobilité comme leur priorité numéro 1 selon Agnès Van De Walle.

> Comment réinventer la productivité et les processus métiers à l’heure du cloud ? Découvrez nos webcasts consacrés à la mobilité

Sans titre

Le BYOD est une pratique qui n’est pas exempte de problématiques, notamment en matière de sécurité

28% des entreprises autorisent le Bring Your Own Device (BYOD)

Près d’une entreprise française sur trois laisse ses employés utiliser des devices personnels dans le cadre de leur travail. Un taux qui a augmenté de 7% en 2014 et qui s’explique en partie par l’évolution de nos usages et la multiplication des devices. Selon le cabinet de conseil Gartner, les employés utilisent aujourd’hui en moyenne trois appareils différents au quotidien sur leur lieu de travail. Et cela pourrait encore augmenter dans les prochaines années avec la multiplication des objets connectés.

Pour autant, le BYOD est une pratique qui n’est pas exempte de problématiques, notamment en matière de sécurité. Ainsi, les entreprises qui acceptent que leurs salariés utilisent au travail leur terminal personnel auraient tout intérêt à sensibiliser en amont les salariés aux risques encourus par la société et par eux-mêmes. Cela peut par exemple passer par la rédaction d’une charte formalisant les responsabilités de chacun ainsi que les précautions à prendre, comme un verrouillage par défaut du terminal avec un mot de passe suffisamment solide.

Face à l’enjeu, certaines entreprises ont préféré développer le Choose Your Own Device (CYOD), ou comment laisser le choix à l’employé tout en permettant aux DSI de garder la main sur les questions de compatibilités et de sécurité.

> A lire aussi : Le BYOD : une réalité, mais jusqu’à quand ?

Pour 4 employés sur 10, la tablette s’est imposée comme l’unique outil de travail

« Les tablettes sont d’ores et déjà utilisées par les serveurs à la place des classiques papier et crayon, par les médecins et les infirmières pour remplacer les fichiers papier, ou par les pilotes pour leur éviter de transporter de volumineux manuels. », explique Marta Fiorentini, analyse senior chez IDC. Et selon le cabinet de conseil, la tablette s’est même imposée comme l’unique outil de travail pour près de la moitié des employés.

Un essor à relier à la multiplication des applications métiers, de plus en plus présentes au sein des entreprises. Au risque d’une pénurie ? « La demande pour les applications mobiles dépasse la capacité de développement disponible, ce qui fait de la création rapide d’applications un véritable défi.», prévient à ce sujet Adrian Leow, analyste chez Gartner.

> A lire aussi : Les applications en entreprise : 3 bonnes raisons de s’y mettre