Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Quel est l’état de l’innovation en France ? Comment les Français le jugent-ils ? Qu’est-ce qui pourrait être fait pour améliorer l’innovation ? Et comment ? Etat des lieux.

A l’occasion de la publication du baromètre Odoxa – Microsoft sur l’innovation, Microsoft Ideas est allé questionner Nathalie Wright, Directrice de la division Grandes Entreprises et Alliances de Microsoft France, et Gaël Sliman, Président et co-fondateur de l’institut de sondage Odoxa.

Pourquoi avoir mis en place un baromètre mensuel de l’innovation ?

Gaël Sliman : Très simplement car nous touchons ici à l’une des – si ce n’est « la » – problématique majeure des Français : lorsqu’on les interroge sur ce qui est important pour eux, tous nous répondent « l’économie, la croissance et l’emploi ». Et lorsqu’on leur demande ce qui pourrait favoriser la croissance, ils nous répondent « l’innovation » : 88% d’entre eux pensent que c’est décisif pour relancer la croissance.

Par ailleurs, Odoxa est un jeune institut créé il y a deux ans, qui travaille beaucoup sur les problématiques d’innovation, en partenariat avec des acteurs de l’innovation comme Microsoft, LinkedIn, Facebook, Orange ou le Syntec Numérique : l’idée est de porter un message sur ce qui se fait en matière d’innovation, avec un rendez-vous conçu chaque mois pour établir une photographie de l’innovation en France.

Un travail à la fois passionnant et sans fin ! Chaque mois, nous avons matière à aborder un grand sujet en lien avec cette thématique : le prochain baromètre abordera par exemple la question de l’intelligence artificielle… Il y a largement de quoi raconter des choses intéressantes sur l’innovation dans notre pays tous les mois.

« Nous touchons ici à l'une des, si ce n'est "la" problématique majeure des Français : lorsqu'on les interroge sur ce qui est important pour eux, ils répondent la croissance et l'emploi. »


Crédit image : Pexels.com / Licence CC0

Comment les Français jugent-ils l’état de l’innovation en France ?

Gaël Sliman : Plus de la moitié d’entre eux (58%) estiment que la France ne favorise pas suffisamment l’innovation, ce qui, en soi est déjà insatisfaisant, mais l’est plus encore en comparaison, ou en « Benchmark » international. En effet, nous avons mené une comparaison intéressante avec les cinq plus grands pays européens, ce qui nous montre que nous sommes très mal classés par rapport à nos voisins Allemands ou Britanniques : en Allemagne, 53% de la population pense que leur pays favorise l’innovation, et ils sont 73% à le penser de leur pays au Royaume-Uni !

Mais, évidemment, ce n’est là qu’une perception de nos concitoyens, cela ne signifie pas que la France soit réellement en retard sur les autres …

Nathalie Wright : Contrairement à ce que pensent une majorité de Français, il se passe beaucoup de choses en matière d’innovation dans l’Hexagone… Notre pays a un peu trop tendance à voir le verre à moitié vide ! Il n’y a qu’à regarder l’écosystème de start-up : la France est un terreau idéal.

Après, il faut accompagner cette innovation, c’est certain. Pour rester sur le cas des start-up, c’est ce que nous essayons de faire avec notre programme d’accélération, Microsoft Ventures, qui accompagne et met en contact les start-up entre elles mais aussi avec les grands groupes.

« Contrairement à ce que pensent une majorité de Français, il se passe beaucoup de choses en matière d'innovation dans l'Hexagone... Notre pays a trop tendance à voir le verre à moitié vide ! »


Crédit image : Pexels.com / Licence CC0

Qu’en est-il au sein des entreprises ?

Nathalie Wright : L’exercice de mon métier au quotidien me permet d’avoir une bonne zone d’observation : j’accompagne les entreprises françaises dans leur transformation. La révolution numérique et la capacité technologique sont la porte d’entrée vers l’innovation : il s’agit de réinventer les processus, les façons de communiquer, et ce dans tous les secteurs. Et nous constatons une forte appétence de l’écosystème vers cette voie.

Prenons le cas de la réalité mixte par exemple : HoloLens permet de repenser entièrement certains processus industriels, comme dans l’industrie automobile. Nous travaillons en ce sens avec Volvo par exemple. La traduction simultanée, avec une solution comme Translator, est aussi une innovation technologique qui a un impact direct sur le business.

« HoloLens permet de repenser entièrement certains processus industriels »

Quels sont les secteurs perçus comme les plus performants en matière d’innovation ?

Gaël Sliman : Il y a une constante forte : le secteur des créateurs de logiciels et applications. Ce secteur-là est perçu comme étant à la pointe de l’innovation, les Français le placent en première position en 2016, et c’était d’ailleurs déjà le cas en 2011 ! Il y a même eu une progression de 5 points dans les réponses que nous ont formulées les Français.

Du reste, nous sommes dans une ère post-industrielle, le secteur le moins innovant pour les Français est celui de la construction automobile. Là encore, c’était déjà le cas en 2011, et le nombre de nos concitoyens pensant que ce secteur est innovant a encore été divisé par deux depuis cinq ans. Le secteur des télécommunications, lui, baisse par rapport aux mentions effectuées il y a cinq ans. En revanche, les secteurs énergétique ou de la santé sont cités comme étant innovants.

Nathalie Wright : Le baromètre cible des secteurs bien particuliers, mais je pense qu’il y a une façon plus subtile de voir l’innovation : aujourd’hui tous les secteurs innovent, que ce soient les services, la distribution, les plateformes numériques, le e-commerce… Le groupe Accor, par exemple, est extrêmement innovant dans sa manière de repenser le métier d’hospitality.

Il y a également beaucoup d’innovations dans le secteur bancaire, par exemple dans la prise en compte des nouveaux usages des clients. Sans oublier l’IoT, qui suscite énormément d’engouement en matière d’innovation.

L’autre aspect qu’il ne faut pas gommer dans cette question de l’innovation est celui de l’individu dans son rapport à la capacité technologique mise à sa disposition. Prenez l’exemple de Cortana ou plus généralement des agents virtuels intelligents ou des bots… Autant d’innovations dans la façon dont on peut réinventer la productivité.

« La question de la gouvernance est déterminante car au final, c'est chacun, à son niveau, qui impulse l'innovation dans une entreprise. Les dirigeants sont là pour favoriser son éclosion. »


Crédit image : Pexels.com / Licence CC0

Quels conseils donnez-vous aux entreprises pour favoriser l’innovation ?

Nathalie Wright : Aujourd’hui, la prise de conscience de la nécessité de se transformer est présente dans l’esprit de tous les dirigeants. Mais d’une entreprise à l’autre, les résultats peuvent être assez différents selon la façon dont ces derniers s’emparent et « portent » ce sujet.

La question de la gouvernance est déterminante, car au final, c’est chacun, à son niveau, qui impulse l’innovation dans une entreprise. Les dirigeants ou les boards sont là pour rendre possible cela, favoriser son éclosion et sa diffusion.

Une gouvernance claire permet par ailleurs de s’ouvrir vers l’extérieur. L’idée est de tendre vers un écosystème élargi tout en s’ouvrant à de nouveaux talents, une perspective renforcée par l’arrivée de la génération des millenials sur le marché du travail : il faut être inclusif pour ces nouveaux profils, qui sont un facteur fort d’accélération et d’innovation pour les entreprises.

Que faudrait-il faire selon vous pour que les Français réalisent le caractère innovant de leurs entreprises ?

Gaël Sliman : Communiquer et informer ! Il faut que les Français sachent que leur pays est un pays qui innove. Quand on interroge les Européens sur la France, ils pensent que c’est un pays plutôt innovant : nous sommes donc dans une tendance que je qualifierais de « sur-spleen français ». Quand on regarde le CES de Las Vegas, cette année encore, la France était au deuxième rang des pays les plus présents

Nos concitoyens ne sont pas suffisamment informés des avancées de notre pays en matière d’innovation et la France ne célèbre pas assez ses réussites. Si les Français en prenaient conscience, ils auraient davantage confiance dans l’économie de leur pays, et cela influerait, en positif, sur la façon dont ils perçoivent l’avenir et donc aurait probablement un impact positif sur le moral et la croissance en France.

Retrouvez les principaux résultats du baromètre en infographie :

infographie_innovation