Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Pour optimiser au mieux sa consommation énergétique et limiter son impact écologique, une école primaire américaine a fait le choix de passer au cloud. Retour d’expérience.

Détecter et diagnostiquer pour optimiser. Aux Etats-Unis, la ville américaine d’Arlington dans le Massachusetts gère la maintenance des bâtiments de ses établissements scolaires, et notamment celle de la Peirce School.

Sensible aux problématiques écologiques et environnementales, la ville a souhaité faire appel aux technologies disponibles pour limiter l’impact environnemental de la consommation énergétique de cette école primaire de près de 300 élèves. Et par là même, de réaliser des économies.

Le cloud permet ainsi de récolter et de stocker les données des équipements de chauffage et de climatisation. En se basant sur ces données, la solution Facility AnalytiX détecte en temps réel voire diagnostique des anomalies – surconsommation d’un appareil spécifique, problème de réseau, etc. – réduisant ainsi le coût des interventions et augmentant la durée de vie du matériel.

Le cloud permet de récolter et stocker les données des équipements de chauffage et de climatisation.


ptwo / Flickr / Licence CC BY 2.0

L’analyse des données sur des périodes conséquentes permet par ailleurs un prévisionnel plus précis de la consommation à venir, et donc de son coût, comme l’explique Ruthy Bennett, Responsable régionale de la gestion de l’énergie pour les villes d’Arlington et de Bedford :

« En utilisant le cloud Azure, nous n’avons pas besoin d’acheter de serveur et nous pouvons stocker trois ans de données. Ce dernier facteur est important en Nouvelle-Angleterre où les hivers peuvent être très rudes. Nous devons vraiment disposer des données sur une période de trois ans pour pouvoir faire des comparaisons. »

> Pour aller plus loin : Comment le Real Madrid, KPMG ou encore Heineken utilisent-ils les potentialités du cloud ?

Au total, Ruthy Bennent estime que la consommation de gaz naturel de la Peirce School a diminué d’environ 20%. Un bilan positif qui ouvre la voie à un élargissement du dispositif à d’autres écoles de l’Etat ainsi qu’à un octroi facilité de financement public pour d’autres projets similaires.

> A lire aussi : Internet des objets, machine learning : en avons-nous fini des pannes d’ascenseurs ?