Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Sécuriser ses documents, structurer et valoriser ses actifs informationnels, optimiser les postes clients et fournisseurs… Il est parfois complexe de se retrouver dans la multitude de solutions dédiées aux DAF. Et pourtant, certaines d’entre elles permettent véritablement de tirer le meilleur parti du numérique. Microsoft Ideas est allé à la rencontre de plusieurs d’entre elles. Gros plan sur Groupe Equity.

card_equity

D’où vous est venue l’idée d’Equity ?

Nelly Plu : Equity est le fruit de mon expérience et de celle de mon associé, Edmundo Barrios, qui vient de l’ingénierie informatique. Avant Equity, j’ai monté une société de conseil en informatique qui m’a amenée à proposer des solutions en adéquation avec la gouvernance des achats numériques et l’innovation. Cela m’a familiarisé avec les problématiques auxquelles nous entendons répondre et notamment le fait de promouvoir de l’innovation sans être en capacité de la porter aux bonnes personnes et au bon moment.

Concrètement, l’idée avec Equity est de proposer une solution permettant de créer un lien entre les grands donneurs d’ordre de ce monde et les TPE/PME innovantes dans le domaine du numérique. Nous répondons donc à une double problématique :

  • celle de la difficile mise en relation entre les grands groupes et les petites structures, y compris les freelances ;
  • celle de l’accélération du développement du numérique pour ces grands groupes.

Si je devais résumer notre positionnement, je dirais que nous sommes un guichet unique de mise en relation entre les talents du marché français et l’innovation. Le tout en toute transparence et de manière très sécurisée d’un point de vue juridique, puisque nous gérons nous-mêmes la partie administrative.

Pourquoi vous êtes-vous dit que ça allait marcher ?

Aujourd’hui, c’est une évidence : c’est un véritable besoin qui émane des services juridiques de nos donneurs d’ordres. Notre parrain est AXA, et notre premier client la Société Générale, grâce à qui nous avons pu faire travailler, en six mois, une dizaine de start-up qui n’auraient jamais pu collaborer avec une aussi grosse structure autrement, ou alors de façon dissimulée, ce qui engendre des risques juridiques… Alors que pour nous, l’éthique est une composante primordiale. C’est tout cela qui nous a fait penser que ça allait marcher.

> A lire aussi : DAF et Business Intelligence : « On a toujours eu comme responsabilité de prédire l’avenir »

"La vocation de ce modèle, c’est surtout d’accompagner les TPE/PME dans leur parcours."


Reyner Media / Flickr / Licence CC BY 2.0

Quelle est la plus grande difficulté à laquelle vous ayez été confronté(e)s ?

Les TPE/PME non référencées représentent environ 15% du volume prestataires des grands donneurs d’ordre. C’est un enjeu important de la part des clients, qui aimeraient avoir des sociétés pérennes, mais comme on est sur de l’innovation ou l’expertise de niche, ça n’est pas évident.

La difficulté principale est donc l’évangélisation de la solution : nous sommes une PME qui promeut d’autres PME. Et c’est justement parce qu’ayant été confrontée à la problématique de consolidation du panel fournisseurs en tant que PDG d’une PME de dix ans d’expérience, dont 95% du CA est réalisé en direct avec les grands comptes, que nous sommes porteurs de solutions adaptées et que nous pouvons adresser les offres agiles de notre écosystème. Et même si nous sommes une entreprise stable et efficace, il faut d’abord se faire connaître !

Votre plus grande réussite ?

Il y en a deux, et elles sont indissociables : d’une part, la Société Générale qui a accordé sa confiance à une femme chef d’entreprise d’une start-up, le Groupe Equity, animée par des convictions fortes et qui nous a permis d’avoir une écoute auprès de la Direction générale des achats pour présenter notre solution et ouvrir ainsi de nombreux marchés pour une dizaine de TPE/PME depuis juin 2015.

D’autre part, ce sont nos partenaires. Deux des entreprises de notre écosystème, des anciens freelances situés sur un marché de niche, sont sur le point de recruter des salariés : c’est notre plus grande réussite. La vocation d’avoir créé ce modèle, c’est surtout d’accompagner les TPE/PME dans leur parcours. On avait une accumulation de sous-traitance et finalement, la valeur ajoutée était stérile à la fois pour les clients et pour ceux qui portent l’expertise. Aujourd’hui, cette valeur est vraiment restituée à la personne en bout de chaîne, qui n’est de surcroît plus obligé de se « cacher ». C’est une révolution dans le secteur des

> A lire aussi : Numérique : comment les DAF optimisent l’efficacité et la productivité de la fonction finance

"Aujourd'hui, la valeur ajoutée est vraiment restituée à la personne en bout de chaîne"


Ray_LAC / Flickr / Licence CC BY 2.0

Quelles sont vos prochaines étapes ?

Nous venons d’obtenir de la part de la BPI un label Entreprise innovante, et avons l’ambition d’être Fournisseur responsable labellisé avant fin 2016. Mais notre vraie prochaine étape est la mise en place de la plateforme Equity, que nous voulons soignée dans les moindres détails que nous envisageons de développer avec Microsoft. Et dans un futur plus lointain, l’internationalisation !

Je suis DAF mais je suis encore réticent à utiliser votre solution. Comment allez-vous me convaincre ?

En tant que DAF, 15% de votre business ne passe pas en référencement, sans compter la sous-traitance non visible de votre part : cela représente donc à minima 15% de facteur risque.

Aujourd’hui, nous vous proposons d’être votre interface, avec une économie évidente puisque vous n’aurez qu’un seul partenaire – nous – à facturer. L’autre économie que vous allez réaliser se fonde sur notre expertise pour qualifier les différentes réponses que l’on va vous faire : chaque réponse est qualifiée deux fois. De plus, c’est nous qui portons les risques.

En tant que DAF, avec Equity, vous faites donc des achats innovants responsables, avec des entreprises responsables : nous travaillons dans le respect des grands principes de notre gouvernement, comme la loi LME, nous nous engageons à les respecter et à les véhiculer auprès de notre écosystème.

 

> Pour échanger autour des outils numériques et des solutions pour les DAF, venez participer à l’afterwork Comment la FrenchTech bouleverse les directions financières jeudi 10 mars 2016 au Village by CA

Afterwork transformation de la finance

DAF : découvrez d’autres solutions pour tirer le meilleur parti du numérique :

card_aston-v2
 

card_lusis