Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Fini le temps des cartes de visite ? C’est en tout cas l’ambition de Salezeo, une start-up française qui propose, grâce à un habile mélange de webcrawling, de crowdsourcing et de machine learning, une base de données clé en mains pour les commerciaux. Microsoft Ideas a rencontré son fondateur, Olivier Piscart.

C’est quoi, Salezeo ?

Olivier Piscart : Salezeo, c’est un accélérateur de ventes grâce au big data. C’est une base de données collaborative, B2B, qui recense tous les contacts dont peuvent avoir besoin les commerciaux, sur le modèle des cartes de visite : nom du contact, entreprise, fonction, numéro de téléphone et adresse e-mail, etc. Le fonctionnement est simple : si je renseigne des informations sur un contact, cela me permet d’engranger des « salecoins », qui me donnent accès à de nouveaux contacts.

business-cards

"Salezeo c’est 25.000 membres qui échangent en ligne, sur une base de données de plus de 5 millions de contacts"


Crédit image : Randy Cox / Flickr.com / Licence BY-NC-SA 2.0

Webcrawling, collaboratif et algorithmes au service de l’efficacité

N’est-ce pas une énième base de données ?

Olivier Piscart : Non ! Sur la base de données en elle-même, nous innovons dans les sources :

  • D’une part un webcrawling, c’est-à-dire l’analyse de données disponibles sur le web, que nous vérifions ;
  • D’autre part dans la force de la communauté. Aujourd’hui, Salezeo c’est 25 000 membres qui échangent en ligne, sur une base de données de plus de 5 millions de contacts en France, en Angleterre et en Espagne. Et plus la base de données est importante, plus les résultats sont pertinents.

Nous proposons également beaucoup plus d’informations qu’une base traditionnelle : en plus des données « carte de visite », nous agrégeons les messages publiquement postés par la personne sur Twitter, Facebook, LinkedIn, ainsi que les articles récents publiés sur elle ou son entreprise.

Enfin, grâce au machine learning et à l’analyse prédictive, nous proposons de la génération de leads. Nous sommes capables d’analyser les prospects cibles des commerciaux, leur actualité, leur comportement web, et donc d’identifier les sociétés qui ont statistiquement le plus de chance d’être intéressées par leurs produits et services.

salezeo-fiche-profil

"Si vous appelez un prospect qui ne vous connait pas et que vous ne connaissez pas, juste pour faire votre speech commercial, 9 fois sur 10 ça ne marche pas"

« Il est important que les commerciaux puissent accéder à l’information, n’importe où »

En quoi le cloud est-il tout particulièrement adapté pour ce type de solution ?

Olivier Piscart : Les commerciaux sont toujours en mobilité. Il est donc important qu’ils puissent accéder à l’information, n’importe où avec une simple connexion internet.

Pour les entreprises, les avantages du SaaS sont évidents : des coûts d’investissement faibles, un déploiement technique très rapide, l’assurance de bénéficier en permanence de la dernière version du logiciel, etc. Pour Salezeo, c’est particulièrement important car nous déployons chaque mois au moins une nouvelle fonctionnalité majeure…

Quel intérêt un commercial a-t-il à choisir Salezeo, quelle est sa plus-value ?

Olivier Piscart : C’est un véritable gain de temps et d’efficacité. Si vous appelez un prospect qui ne vous connait pas et que vous ne connaissez pas, juste pour faire votre speech commercial, 9 fois sur 10 ça ne marche pas.

Par contre, si on vous fournit clé en mains des informations sur son activité, son entreprise, les articles de presse qu’il a partagés, alors là vous pouvez trouver plus rapidement une porte d’entrée. Ne pas lui faire perdre votre temps ni le sien. Si je devais résumer, je dirais que nous proposons une vision globale du prospect et de ce qui pourrait être envisageable pour vous, commercial.

salezeo-reporting-activite

"L'une des priorités de cette année : s’implanter dans de nouveaux pays comme l’Espagne, la Scandinavie et… le Brésil !"

« Salezeo emploie aujourd’hui 38 personnes, dont 6 docteurs en informatique »

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Olivier Piscart : Créée en 2011, lancée commercialement un an plus tard, Salezeo emploie aujourd’hui 38 personnes, dont six docteurs en informatique et dix développeurs. Cette particularité est indispensable car le travail sur les données et l’algorithme est immense. Géographiquement, nous sommes présents à Paris et Londres. Et chaque mois, nous enregistrons un millier de nouveaux membres !

Nous avons également été demi-finaliste de la BFM Academie, finaliste des Grands Prix de l’Innovation de la ville de Paris et sélectionné par Microsoft Bizpark.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Olivier Piscart : Cette année, nos trois priorités sont claires :

  • Continuer à investir de manière conséquente dans la technologie, en particulier au niveau des algorithmes big data et de machine learning ;
  • S’implanter dans de nouveaux pays, comme l’Espagne le mois prochain, la Scandinavie et… le Brésil ! ;
  • Effectuer une deuxième levée de fonds – la première, de 1,5 millions d’euros, avait permis de démarrer la commercialisation – pour financer ce développement à l’international.

Du côté de la base en elle-même, nous avons l’ambition de doubler notre communauté d’ici deux ans.