Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Depuis 18 mois, les équipes de France Télévision sont équipées d’écrans Surface Hub. Le résultat ? Une nouvelle façon de traiter les données lors des soirées électorales, grâce à des datavisualisations interactives…

Lors des soirées électorales des 23 avril et 7 mai 2017, les journalistes de Franceinfo et France 2 ont pu présenter, analyser et commenter les résultats en direct grâce à un dispositif inédit de datavisualisation en temps réel à l’antenne. Pour cette grande première, le groupe France Télévisions s’est appuyé sur des écrans tactiles Surface Hub couplés à la solution de présentation des données Power BI. Eric Scherer, Directeur de la l’Innovation et de la Prospective chez France Télévisions, nous explique comment cette technologie contribue, peu à peu, à l’évolution du métier de journaliste.

Eric Scherer, Directeur de l’Innovation et de la Prospective chez France Télévisions

Eric Scherer, Directeur de l’Innovation et de la Prospective chez France Télévisions

En quoi consiste le dispositif mis en place avec Microsoft ?

Des écrans Surface Hub sont installés dans les rédactions de France Télévisions depuis maintenant 18 mois. L’idée était de s’appuyer sur leur puissance, leur ergonomie et leur qualité d’image pour aller un peu plus loin, en utilisant Power BI, le service de datavisualisation de Microsoft, pour proposer à nos téléspectateurs du décryptage et de l’analyse en temps réel.

Extrait de la soirée électorale du 7 mai 2017 sur Franceinfo

Le 23 avril, pour les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, ce que nous voulions, c’était faire apparaître des tendances en fonction des régions et d’indicateurs sociodémographiques, pour essayer de donner le plus rapidement possible du sens aux résultats qui étaient en train de tomber. Nous avons pu le faire assez vite sur les résultats de l’Outre-Mer, puisque une partie du vote avait eu lieu la veille. Nous avons ainsi vu une percée importante des extrêmes, Marine Le Pen et Jean-Luc Melenchon, par rapport aux derniers suffrages.

« Le dispositif nous a permis d’avoir de l’intelligence rapidement à l’antenne, sur le fond mais aussi sur la forme, puisque nous avions une représentation très visuelle et très claire des résultats qui étaient données par le ministère de l’Intérieur. »

Cette démarche, nous l’avons faite sur Franceinfo, notre nouvelle chaîne d’information, puis sur France 2, qui, durant quelques heures dans la nuit, a aussi utilisé les services de Microsoft : à la fois l’écran, c’est-à-dire le Surface Hub, et l’outil d’analyse Power BI, qui est formidable pour son interactivité et sa clarté.

Nous utilisions déjà des outils de visualisation de données, mais ils n’étaient pas interactifs et ne permettaient pas aux journalistes de croiser en direct des informations provenant de différentes bases de données, comme les indicateurs INSEE du chômage ou de l’insécurité et les résultats par département. Ces sources ont été sélectionnées en amont avec la rédaction pour s’intégrer au mieux dans le storytelling de la soirée.

Comment ces technologies impactent-elles la façon de travailler des journalistes ?

Le journaliste prépare évidemment son sujet et ce qu’il va dire, mais l’intérêt, c’est qu’il est en mesure de jouer avec l’outil en direct à l’antenne, c’est-à-dire d’utiliser son potentiel pour montrer des choses visuellement sur cet écran géant qui est derrière lui. Cela permet de visualiser et d’éclairer de manière très concrète les résultats qui tombent, de les mettre en lumière de façon ludique.

Nous avons constaté une adhésion et une curiosité très forte des journalistes, notamment des jeunes, qui aiment cette interaction, cette possibilité d’utiliser les outils numériques en temps réel. C’était assez formidable !

Et puis, cela accroît la transparence pour le téléspectateur. Ce dernier voit de quelle manière nous pouvons traiter des informations qui nous arrivent. C’est quelque chose qui est intéressant au moment où il existe une défiance vis-à-vis des journalistes et des médias d’information en général : cela permet de montrer dans quel cadre éditorial le journaliste est amené à travailler.

Pensez-vous déjà à d’autres applications ?

Nous songeons déjà aux législatives, car c’est un outil particulièrement adapté à la granularité et au découpage prévu dans ce cadre-là. Ça sera aussi plus facile, car nos journalistes sont désormais beaucoup plus rôdés à l’exercice. C’est un outil clair et informatif pour le spectateur, qui peut aussi avoir des applications dans les domaines sportifs, scientifiques, politiques, économiques…

Nous sommes tout doucement en train d’accroître les possibilités d’utilisation des écrans Surface Hub et, maintenant, de Power BI. Nous sommes très heureux de ce partenariat avec Microsoft : ce type d’outils nous permet d’innover et d’inventer d’autres choses, cela nous aide considérablement dans l’évolution de notre métier, et c’est ça que nous apprécions.