Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Groupe industriel américain spécialisé dans la fabrication d’outils et de machines pour les secteurs de la construction, des mines et de la forêt, Caterpillar s’apprête à ouvrir un département exclusivement réservé à l’analyse de données. Une unité dont la direction sera assurée par le vice-président du groupe en personne, Greg Folley.

Le 19 février, Caterpillar ouvrait son premier Data Innovation Lab. Situé dans le principal campus de l’Université de l’Illinois, ce dernier vise à rassembler un grand nombre de jeunes talents spécialistes de la statistique, des sciences computationnelles et de l’ingénierie afin de repérer et d’explorer des opportunités disruptives et de placer l’innovation au cœur de son activité.

Caterpillar souhaite utiliser les données pour améliorer le suivi de la production et de la livraison d’équipements ou encore développer la maintenance prédictive


Nicholas D. / Flickr.com / Licence CC BY-NC 2.0

Des signaux faibles au concret

Mais l’entreprise veut aller encore plus loin et ambitionne désormais, au-delà de capter les signaux faibles, d’améliorer concrètement ses résultats par une analyse poussée des données générées par son activité. Une évolution qui s’impose aussi comme une nécessité, alors que ses ventes sont en baisse et que son plus important concurrent, l’entreprise japonaise Komatsu Ltd., vient tout juste de conclure un accord avec General Electric sur la question des données.

Transformer des « montagnes de données » en de précieuses informations

Afin d’améliorer le suivi de la production et de la livraison d’équipements, de la consommation de carburant de ses clients ou encore de développer la maintenance prédictive, le constructeur travaillera en partenariat avec Uptake, une start-up basée à Chicago.

En termes de données, Caterpillar ne manque pas de (res)sources et compte bien en exploiter l’ensemble, comme l’explique à Bloomberg Rob Charter, en charge du service client du groupe :

« Nous pouvons transformer ces montagnes de données qui nous parviennent depuis une machine, un chantier, la chaîne logistique ou bien plus encore en précieuses informations pour nos consommateurs et fournisseurs. »

De « précieuses informations » qui doivent aussi aider l’entreprise à atteindre son objectif : réaliser 100 milliards de chiffre d’affaires annuel d’ici 2020.