Pour ne rien manquer de la transformation digitale

Abonnez-vous au Digest
Recherche
Plus proche des fonctions métier, plus apte aux changements : « La fonction SI doit se réinventer au même titre que les ressources humaines ou le marketing ». C’est l’avis de Pascal Buffard, président du Cigref, qui s’exprimait à l’occasion de la dernière assemblée générale de cette association qui rassemble les DSI des 140 plus grandes entreprises françaises.

Celui qui est également le président d’Axa Technologies Services en a profité pour soumettre une idée audacieuse : pourquoi ne pas instaurer une DSI à deux vitesses ? L’objectif : accroitre l’agilité d’une direction souvent considérée comme réfractaire aux changements rapides. Initialement restreinte à une méthode de développement de logiciels informatiques plus pragmatique et centrée sur l’utilisateur, l’agilité se diffuse désormais dans le champ managérial. Et s’attelle à mettre en œuvre des réactions rapides et flexibles au changement. Après les RH et le marketing, la DSI semble donc être elle aussi amenée à évoluer dans cette direction.

agile-management

"Comme le marketing ou les RH, la fonction SI doit se réinventer"


VFS Digital Design / flickr.com / licence CC BY 2.0

Une équipe agile pour l’activité digitale, une autre pour la modernisation des systèmes existants

Pour plus de réactivité et de souplesse, deux exigences auxquelles la DSI doit régulièrement faire face, Pascal Buffard suggère la mise en place d’un système divisé en deux pôles aux activités complémentaires. Tandis que le premier se concentrerait sur la collaboration directe avec les métiers – dont les besoins évoluent souvent au jour le jour -, le second gérerait quant à lui l’opérationnel et la modernisation du système – un travail de long cours. Une hypothétique troisième équipe pourrait même se consacrer entièrement aux questions de sécurité.

Cette initiative a le mérite de prendre en compte un dilemme auquel sont régulièrement confrontées les DSI et qui a donc un impact, de fait, sur la direction générale et les directions métiers : porter l’innovation numérique tout en assurant la maintenance voire l’amélioration du système existant. Un dilemme qui peut sembler insurmontable au vu des nombreuses missions à mener de front (« réflexion sur la stratégie IT, négociations des contrats d’externalisation, gestion des budgets toujours plus resserrés et mise en place de nouveaux services numériques », rappelle 01Business).

En proposant le déploiement de deux équipes pour ces tâches respectives, le président d’Axa Technologies Services s’attache donc à rendre la DSI ambidextre. Et à favoriser ainsi sa réactivité pour répondre aux demandes impératives qui l’assaillent, notamment de la part des fonctions métier, qui veulent souvent « tout, tout de suite ».

Une initiative pour sortir du dilemme "porter l’innovation numérique tout en assurant la maintenance de l'existant" ?


Patrick Feller / flickr.com / CC BY 2.0

« D’un modèle en silos à des structures beaucoup plus transversales »

L’objectif final de ce nouveau système ? Provoquer des collaborations tous azimuts au sein de l’entreprise et instaurer un meilleur relationnel entre IT et fonctions métier, en quête d’immédiateté dans la réalisation de leurs besoins business. « Nous devons faire évoluer nos organisations d’un modèle en silos à des structures beaucoup plus transversales », précise Pascal Buffard. En somme, permettre à la DSI d’être reconnue comme un véritable « levier de création de valeur » pour l’entreprise, et non plus comme une simple fonction support, dans laquelle elle est souvent – parfois à corps défendant – cantonnée.